Rechercher
  • Emir BERKANE

Les martyrs de Djebel Grioune.


A peine reposés de notre Expédition sur Youkous, nous sommes sollicités par la direction de la jeunesse et des sports de Ain Mlila, dans le cadre de la célébration du 60éme anniversaire du déclanchement de la guerre de libération.

en effet, les festivités qui cette année, mêlent ancien moujahidines et enfants, afin de créer des ponts de l'histoire, ont eux un gout de passage de flambeau.

C'est dans cette ambiance que HAkim KOUADRIA, Azzouz abdelkrim alias "KiKi" et moi même, nous nous retrouvons en tant que CSPS au cimetière des martyrs de Ouled Gacem à Ain Mlila.

Ami Ahmed, premier Maire de la commune en 1962, durant prés d'une heure, nous rapporte avec fidélité la célèbre bataille de Djebel Grioune. Le ratissage, le bombardement par les avions et l'un des épisodes les plus tragiques de la guerre de libération, le massacre de soixante quatorze Moujahids dans la grotte de Grioune.

Cette grotte qui était le fief de combattants algériens, stationnées dans la région ou de passage vers Tébessa, devait être avant sa destruction, d'une grande beauté à croire les vestiges de stalactites et stalagmites.

Après avoir débusqué leur cache et y envoyer des prisonniers pour sonder le fond, les militaires français dans leur barbarie ont frappé au napalm l'intérieur de la grotte, ce qui explique cette couleur noirâtre donnant à la cavité un tapis de ténèbres. Soixante quatorze corps furent sorti des décombres ainsi que des affaires personnelles. Les martyrs avaient un aspect figé, carbonisés par la chaleur ardente de la bombe, un décor à la Pompei.

L'autre épisode se déroula dans la grotte de la source, ou deux Moujahidines de Constantine avaient trouvé refuge. Repéré là aussi par leur bourreaux,, ayant décidé de ne pas se rendre , ils seront enterrés vivants. En 1973, lors du second mandat de Ami Ahmed à la Mairie, des reliques des deux combattants ont été sorties grâce à un fil de fer, par des habitants, des cartouches, un ceinturon et une arme.

Nous avions donc deux missions : Explorer les deux sites afin de rapporter des images et effectuer des repérages en vue d’éventuelles opérations de récupération de dépouilles.

Nous entamons notre marche vers midi, paquettes et accompagnés par Messaoud, le gardien du cimetière des martyrs, nous amorçons, une longue marche sur la face Ouest du Grioune. Pas moins de deux heures seront nécessaires pour atteindre le premier site, celui de la fontaine. Nous trouvons en effet, une énorme dalle, décroché de ce qui devait être un abris.

L’entreprise se présente difficilement .Pour déplacer l’énorme dalle, il faudrait une charge de dynamite voire un marteau compresseur pour entamer le gigantesque bloc de 5m de longueur pour 1 de largeur et autant de profondeur.

Il est déjà 14H30, nous devons à présent nous rendre de coté Nord du Djebel, ce qui implique une marche à flanc de montagne de pas moins de cinq kilomètres.

Nous reprenons la route après avoir mangé, bu et repris des forces. La descente connu pour être le moment ou les accidents surviennent le plus est pénibles, Hakim et moi perdons régulièrement appuis et de petites chutes sans gravités, nous donnent une idée, de ce que fut la vie de ces glorieux combattants, ces héros qui défendaient leur pays, leur familles, leur honneurs sans n’avoir jamais été à armes égales mais pourtant héros victorieux.

Nous arrivons à la grotte des martyrs, une plaque de marbre et une grille, signalent l’endroit.

Nous entamons la descente dans la cavité, tout de suite, l’odeur chimique du napalm ou autre type de bombe (On nous a parlé de bombe au phosphore ?), vous prend à la gorge. Un amas de pierre recouvre l’ensemble de la grotte, on imagine ici et là des stalactites et des stalagmites.

Nous essayons de crapahuter sur un tapis de cendres noires, il est terrible d’imaginer, que c’est une sépulture que nous explorons et non pas une cavité.

Après une exploration de prés d’une demi heure, nous nous résignons, cette cavité est une tombe close. Toute tentative de déblai serait vaine et inutile, nous devons trouver un autre accès.

Nous redescendons au soleil couchant, Après avoir prié pour les âmes de nos martyrs, puissions nous les rejoindre dans les plus hautes sphères du paradis.

Nous attendent en bas, Le directeur de la maison des jeunes de Ouled Gacem, Rachid Mokadem d’Ennahar Tv qui a fait la couverture de la journée et une bonne douche.

#ainmlila #ouledgacem #spéléologie #oumelbouaghi #martyrs #1ernovembre

10 vues

© 2023 by Jerry Shaw. Proudly created with Wix.com