Rechercher
  • Dr Emir BERKANE

HYPERBARIE EN ALGERIE, un long chemin de croix.


Comme si la tache en elle même n’était pas assez difficile, j’entend par là rendre la medecine hyperbare accessible au grand public et à fortiori aux plongeurs, une polémique souffle depuis plusieurs semaines, surfant sur l’actualité professionnelle de la plongée.

RETROSPECTIVE

Pour toutes celles et ceux qui auraient raté les premiers épisodes, la médecine hyperbare est cette spécialité qui permet d’injecter de l’oxygène chez un malade sous haute pression.Cela se passe en général dans une chambre hyperbare et dans l’urgence (sur un bateau) ou dans le domaine de la plongée dans un caisson dit de décompression.

Depuis les années quatre vingt jusqu’à aujourd’hui, des médecins algériens partent se former à la médecine hyperbare en France.Des plongeurs professionnels ont également pu aquerir une formation d’opérateurs, généralement à l’INPP de Marseille.

Les médecins de la protection civile et de la marine ont eux aussi bénéficié d’échanges, de formations, ce qui leur a permis de sauver des dizaines de vies.Des vies issues des corps constitués ou de simples civils et ce malgré la situation hors la loi de ce geste car rappelons le une caserne n’est en aucun cas une structure de santé.L’oxygénothérapie hyperbare étant un geste médical, il n’est normalement pas permis de la réaliser en dehors d’une structure hospitalière ou privée mais voila, quel médecin n’aurait pas fait de même?

FAUX DEPART

En 2012 nous avions rédigé grâce à la collaboration de plusieurs plongeurs LE MANIFESTE POUR L’EVOLUTION DES ACTIVITES SUBAQUATIQUES EN ALGERIE, des suggestions en quinze points qui proposaient de revaloriser le plongeur au sein de son activité.

https://www.facebook.com/notes/357062104379074/

Parmi ces revendications, la sécurité et la prise en charge du dossier de l’hyperbare par la FASSAS pour la faire valoir auprès du Ministère responsable, celui de la santé.

Le manifeste a eu son lot de polémiques, de passions, d’animosités (une pratique qui semble vouloir se perpétuer à la FASSAS en ces jours de conflits) mais le manifeste a néanmoins accouché d’une initiative, fruit d’une paix des brâves entre moi et celui qui à l’époque parlait pour la FASSAS, Rezik Abdelaziz dit Zizou.Ce dernier pour mettre fin à un conflit ouvert entre moi et l’actuel Président de la FASSAS, le colonel Abdelkader Chakroune (conflit qui s’est transformé en « différant intellectuel » et qui perdure à ce jour), me proposa de travailler conjointement, main dans la main, pour atteindre les buts tracés, par le manifeste.

Comment refuser? du moins quand on est disposé à faire avancer les choses et pas seulement sa petite personne et quand l’intérêt du plus grand nombre prime, plus loin, comment refuser quand des vies sont en jeu?

C’est avec Zizou, que l’idée des première journées d’hyperbarie est née et a été réalisée grâce au sponsoring de la société NEPHROPS (www;nephrops-dz.com) et de l’EHP EL AMIR (www.ehpelamir.com) ou je travaille.c’est grâce à ce sponsoring que Mr le pechon a pu venir et donné une journée entière de conférences, à Riadh el Feth en Octobre 2013, en présence de prés de 150 moniteurs.

La journée fut une réussite à tout point de vue: Sensibilisation, vulgarisation, présence en force des moniteurs, des médias.Seul hic, l’absence remarquée de la protection civile qui avait semble t-il sous estimé l’événement à l’époque mais qui depuis s’est largement rattrapée.

Les télévisions ainsi que les journaux ont largement repris l’événement et ont permis de faire connaitre la discipline au grand public.

https://www.youtube.com/watch?v=BvfVsoVfkaw

https://www.youtube.com/watch?v=x356idXo1Ec

PANIER DE CRABES

L’etape suivante était logiquement de (re)mettre en place , la commission médicale de la FASSAS et promouvoir l’hyperbare, le contact « toujours difficile entre Chekroune et moi » est arrivé malgré tout à un consensus sur le nom du Dr Souad hakimi, véritable pionnière de la discipline et membre de la société française de médecine subaquatique et hyperbare.hélas pour des raisons professionnelles cette dernière a décliné le poste.Lors du salon de la plongée de 2014, un second consensus tombe autour du Dr Hammani Mehdi, diplômé de l’INPP, ce dernier acceptera avant de se rétracter le lendemain.Tout naturellement je refuse le poste n’étant pas diplômé d’hyperbare (C’est toujours le cas aujourd’hui) et combien même ce poste nécessite une proximité géographique de la capitale, que je n’ai pas.

S’en suit comme dans toute organisation algérienne une sévère crise de leadership au sein du noyau de la future commission et future association algérienne de médecine subaquatique et hyperabre, une crise dont je porte en grande partie la responsabilité.

Heureusement il y'a le Dr Islem Souahli et le Dr Anis qui chapotés par le Dr hakimi, qui commencent à organiser des communications lors des salons, journées et staffs.Ce trio est à mon avis le seul véritable moteur de l’hyperbarie en Algérie.

Politiquement, les choses stagnent, c’est à ce moment ou je rencontre pour la première fois le Ministre de la santé Boudiaf à qui je fais part de l’urgence de mettre en place la discipline et de la rendre accessible aux civils.Monsieur Boudiaf, m’encouragera à investir dans le privé dans la spécialité en attendant que cela devienne une priorité de l’Etat, trop occupé par le plan anti-cancer et anti-AVC.

L’été suivant, l’Expédition MED passe par l’Algérie, mes rapports deviennent à cette occasion franchement exécrables avec le premier responsable de la FASSAS et certains membres du BF (Bureau fédéral), pour des raisons qu’il n’est pas intéressant d’aborder ici.A ce jour nous nous adressons la parole, uniquement lors de mondanités et de réunions officielles qui exigent une tenue de gentlemen plutôt que de chiffonniers.J’enterre définitivement la piste FASSAS pour développer les choses en tout cas par sous le « règne » de ce Président ci.

Entre temps le dr Islem Souahli, ne chôme pas il multiplie les conférences, les staffs, les speechs et vulgarise au sein de la communauté médicale la spécialité.

Je commence, à la même période à collaborer avec le Ministère de la pêche et des ressources halieutiques, le lancement prochain de la pêche au corail et l’installation de l’EFTPA ‘El Kala, constitue pour moi, un espoir, une conjoncture pour enfin réaliser ce rêve qu’est la medecine hyperbare pour tous.

LA PECHE, UN NOUVEL ESPOIR

Fin 2014, la protection civile et le Ministère de la pêche organisant conjointement une journée sur l’hyperbare, un pas de plus vers la terre promise.Bien qu’invité, je n’aurais pas le plaisir d’y assister, en déplacement à l’étrange à la même époque.Je découvre néanmoins à mon retour une véritable dynamique au sein de la protection civile.d’abord le Dr Daoudi de Annaba puis le Dr Habi d’Alger, expriment leur volonté de collaboration et de développement.Une des clés de la réussite de ce projet.

L'idée d’un cycle de formation des médecins fédéraux voit le jour, la Direction de la pêche et des ressources halieutiques d’Alger offre ses locaux, la protection civile son aide et plusieurs médecins hyperbaristes ou spécialistes leurs compétences.Mais là encore, le projet stagne, absence de consensus autour des formateurs, intérêts personnels, leadership mal placé et manque d'interet, le projet de ce cycle de formation peine à voir le jour.

Entre temps, un autre soucis semble vouloir se profiler à l’EFTPA EL KALA, en effet, lors de l’opération des depots de dossiers médicaux, il est question de certificats d’aptitudes d’après les textes régissant les plongeurs professionnels.Pour rappel il y a deux types d’aptitudes à délivrer à un plongeur professionnel: Une aptitude de médecine du travail (Certificat d’aptitude médical) et un second d’aptitude à l’hyperabrie.

A l’ époque, l’école n’a pas encore obtenue ses budgets (faute de publication au journal officiel).L’école ne pouvait donc ni embaucher un médecin permanent ni en payer un dans le cadre de convention.Par amitié et par égard au secteur, j’ai tout naturellement accepté d’effectuer ces visites d’aptitude de façon gracieuses, allant jusqu’à déplacer une consultation entière de Ain Beida à el Kala pour recevoir par moins d’une centaine de plongeurs en un week end.

A la base, il etait prévu de garder cette information pour moi, en effet, quand on veut rendre service on ne le crie pas sur les toits, si ce n’est une incompréhensible campagne de propos diffaments, de dénigrement et d’insultes dont j’ai dernièrement fait l’objet sur Facebook et qui semblent suggerer un délit d'initié et un conflit d'interets.le plus stupéfiant c'est que cette campagne est venue de la part de gens dont je n’imaginait pas une seconde, une once de haine envers moi.Le sujet ne mérite pas un mot de plus.

Ce "soutiens" à l'EFTPA a été convenu dans la cadre d’une convention entre l’EHP EL AMIR et l’EFTPA ou il est clairement stipulé que la visité d’aptitude médicale serait offerte aux futurs stagiaires de l’école.Jusqu’à aujourd’hui les plongeurs ont le choix de faire leurs bilans chez moi ou pas, sachant qu’ils bénéficient en plus d’une réduction de 30% sur le bilan exigé par l’école.En effet, il s’agit là d’un geste commercial pour soutenir les futurs plongeurs, qui pour certains ont des moyens limités.

Reste que le test d’aptitude à la médecine hyperbare doit être réalisé lui à Ain naadja et au moment ou j’écris cet article, la première promotion vient d’effectuer ses visites à l’hôpital militaire.

Notre clinique, espère pouvoir développer dans l’avenir proche, un service de médecine hyperbare mais celui ci sera bien évidemment destiné en premier lieu aux autres indications de l ‘OHB (Pied diabétique, intoxication au CO, sportifs...etc) au moins on ne me traitera pas de connivence avec l’association algérienne des diabétiques ou le collectif des familles décimées par le monoxyde de carbone, celles ci n’ont en effet pas le temps de déblatérer sur Facebook...elles meurent.

LA "COCOTTE" de la CALLE

Dernière « déblatération » en date, l’installation d’un caisson hyperbare au sein de l’EFTPA.Les barons de facebook se sont empressés là aussi, de tirer sur l’ambulante et de crier à l’amateurisme sans prendre le temps de demander à quoi il servirait? en fait, le caisson déjà installé est ou outil pédagogique, destiné à la formation et en aucun cas au traitement, comme l’on crié sur tous les toits les « maitres à penser » de l’hyeprabrie en Algérie et d’outre mer.

Un autre caisson, pédagogique là aussi est destiné à équiper le bateau école et une chambre hyperbare est en fabrication et doit être installée à la calle dans une enceinte hospitalière qui pourra assurer une couverture sécuritaire après la mise en place d’un plan d’evacuation avec les gardes cotes, les pompiers et les services hospitaliers.

En sommes, la bataille de l’hyperbare est loin d’être gagnée sur le terrain, par des battants tels que Souad, Islem, Anis, Zizou et Nadir Touati (NDLR directeur de l'EFTPA) mais chose est sure, elle l'est encore plus loin d'être gagnée grâce à ceux par ceux qui passent leur vies sur les réseaux et les groupes de discussions, à critiquer sans pour autant faire la démonstration d'une quelconque évolution ou initiative.La médecine hyperbare verra le jour en Algérie, inchallah, ce n'est qu'une question de temps.mais le temps est un luxe pour toutes les victimes qui n'en bénificeront pas, c'est pour elles, ces victimes à sauver, que noous devons tous, collaborer à son évolution dans le respect de la pratique médicale et le respect du travail d’autrui.

#Hyperabrie #medecinehyperabre #ehpelamir #drsouadhakimi #drislemsouahli #dprh #zerroukirabea #mprh #sidahmedferroukhi #eftpaelkala #zizou #nadirtouati #ministreboudiaf

82 vues

© 2023 by Jerry Shaw. Proudly created with Wix.com