Rechercher
  • Dr Emir BERKANE

Une "cocotte" sauve la vie d'un plongeur à El Kala.


Un plongeur victime d'un grave accident de décompression a été sauvé inéxrpremis, grâce à un incroyable élan de solidarité des autorités de la pêche de la protection civile et de l'hopital de la petite

ville d'El Kala.

Vendredi 29 mai, la commune d’El Kala a été le théatre d’un formidable élan de solidarité qui à Travers la collaboration localement de pas moins de trois Ministéres : Le Ministère de la peche et des ressources halieutiques ,celui de l’interieur et bien evidemment le Ministère de la santé et la Direction de la protection civile.la mise en commun des compétences, du courage et de la consciece humanitaire des intervenants , a permi de sauver la vie du jeune Z. A .

Deroulement:

Vendredi 07H15,lLe jeune Z.A,32 ans plongeur amateur, suite a une remonté rapide des 65m, est victime d’un Accident de decompression grave au large de la Calle avec signes neurologiques (Paraplégie ) et une suspicion de surpression pulmonaire.Une heure plus tard, il est admis au service des urgences de l’EHP El KALA pour une atteinte neurologique grâve suite à un accident de plongée.

Un des accompagnateurs du patient, cherche et obitent mon numéro, il a entendu dire que j'etais le medecin conseil pour l’EFTPA (Ecole de formation technique à la pêche et à l'aquaculture), il m’appele pour demander de l’aide.Je lui demande de me passer la medecin de garde qui collabore aisement et nous préconisons une conduite à tenir médicamenteuse (Oxygéne, corticoides, aspegic, hyperyhdratation).

Je prend la route pour El Kala depuis Ain Beida et transmet l’information à Nadir Touati, directeur de l’EFTPA.Je fais ensuite un premier etat des lieux avec le Dr Karim Habi, medecin hyperbariste de la protection civile d'Alger, référence nationale en matière d'hyperabrie.

Peu aprés le prière du vendredi j'arrive au chevet du jeune plongeur, le constat en compagnie du Dr MADAOUI, medecin réanimateur de garde qu’une séance d’OHB est le seul espoir du patient pour lever l'atteinte médullaire et eviter une parlaysie permanente et une aggravation du cas de l’accidenté.

Le Dr HABI qui suit minute par minute l'evolution de l'accidenté, préconise lui aussi un passage au caisson.L'equipe de l'EHP, préfére attendre l'evolution.

Vers 16H00: l’etat du patient se détériore et s’installent des signes respiratoires et cardiaques prémises d’une aggravation de l’état du patient.

Mr Touati Nadir donne son feu vert pour l’utilisation du caisson de l’EFTPA.Seul caisson à 400 km à la ronde.Il est conscient que la vie du jeune homme passe avant toute considération administrative ou légale.Cette attitude courageuse est le dernier espoir du jeune Azzedine.

Cette decision prise, je contacte Mr Zimmouche Selim, plongeur professionnel, manipulateur et spécialiste de la maintenance de caissons hyperbares ainsi que Gabriel Gassiot, futur stagiaire à l’EFTPA et opérateur de caisson hyperabre.Il arriveront de Annaba une heure aprés et prépareront le caisson de l'EFTPA, caisson de decompression que nous appelons affectueusement, la "cocotte" pour une séance hyperbare.

Dicté par son ethique et sa conscience profesisonnelle, le Dr MADAOUI donne son accord pour transporter le malade depuis l’EHP vers l’EFTPA et au retour du patient.Lors de la préparation du malade, un Téléthorax est préconisé, il montrera que le patient est en sub-OAP (Oedeme aigue du poumon) un signe de gravité qui signe definitivement que le patient est en danger de mort s'il n'est pas amené dans un caisson dans les plus brefs delais.

Nous contactons le Cdt de la protection civile et nous obtenons leur assistance pour transporter le patient de l’EHP à l’EFTPA.

En début de soirée et dès la fin de la préparation du caisson et des bouteilles d’oxygene par Zimmouche et Gabi, le signal est donné pour transferer le malade. Le malade arrive à l’EFTPA et les differants interevants , aident à introduire le patient dans le caisson.

21H30: Le caisson prévu initiallement pour un seul plongeur, aura du mal a acceuillir nos deux gabaris.Il ne possède aussi qu'un seul masque à oxygéne ce qui veut dire que l'accompagnateur devra plonger à l'air.Je décide d’accompagner l’accidenté dans une séance de 05 heures dans la minuscule "cocotte".Malgré la retisence de Habi à ce que j'aille dans le caisson, mais nous n'avons pas vraiment le choix.

22H00: Début de la séance de 5H15 à 18m à l’Oxygéne pur pour le patient et à l’air pour moi.L'atmosphére confinée et la temperature sont intenables, je poursuis néamoins à examiner regulierement mon patient au prix de gesticulations dignes d'une séance de yoga.Azzou commence à fatiguer , il ne doit neamoins pas dormir, ce serait une catastrophe, je dois donc le tenir eveillé, nous partageons l'amour de la plongée et les recits à ce sujets ne devraient pas manquer fort heuresement.

.Il faut rappeler qu'initialement le caisson est prevu pour le test hyperabre des plongeurs et non pas à but thérapeutique, il n'est pas prévu non plus pour qu'on y passe plusieurs heures mais devant l'urgence et la gravité de la situation nous ne pouvons pas nous permettre de faire la fine bouche.

Surtout que notre plongeur se sent de plus en plus bien et les signes neurologiques commencent à s'améliorer.

A 02H00 du matin j'arrive au maximum toléré de la plongée à l’air et je dois sortir du caisson.Je continuerai à assister mon patient jusqu’à la fin de la séance, depuis le sas.Quitte à lui mettre de la musique par moment pour qu'il ne s'endorme pas.

04H00; Fin de la séance, nous sortons et retournons à l’ehp dans l’ambulane de la protection civile.Un examen complet à notre arrivé, concluera que Le pronostic vital du patient n’est plus engagé et les signes neurologiques regressent favorablement mais devant les besoins de plusieurs autres séances, le patient est evacué en matiné vers l’hopital militaire de Tunis, ou il sera admis à 15H00 pour 05 séances en 05 jours, les medecins de Tunis expliquent au jeune plongeur qu’il revient de loin et que la séance de la veille lui a sauvé la vie.

Cette épisode relance la nécéssité d'equiper l'hopital d'El Kala d'une chambre hyperabre, elle relance aussi le débat sur la pratique de la medecine hyperbare en Algérie.Beaucoup d'efforts sont consentis mais restent insufissants.Bien qu'inconnu de tout le monde, issu d'une modeste famille de Jijel il a eu la chance, de bénéficier des fruits d'une collaboration insolite.Aucun des intervenants ne pouvait à lui seul, prendre une décision, ce fut la synérgie de bonnes volontés, d'humanisme, d'ethique médicale et de courage de l'equipe qui a choisi de tout mettre en oeuvre pour le sauver.

Le directeur de l'EFTPA d'EL kala Nadir Touati est à féliciter en premier lieu, en ouvrant son école un vendredi à un accidenté qui est d'aprés les textes supposé être traité à l'hyperabrie en millieu médical, il a pris de gros risques mais sa condition d'homme de bien et sa conscience lui ont dictées le bon choix .Une décision courageuse pour laquelle, il sera longtemps loué.

Ensuite le Dr MADAOUI réanimateur de l'EHP El KALA a lui aussi ecouté son coeur et sa conscience de medecin pour pouvoir autoriser un patient dans un etat grave à sortir de l'hopital.

Selim Zimmouche et Gabriel Gassiot sont eux aussi à féliciter, ils n'ont pas hésité un moment à venir de Annaba pour faire demarrer le caisson et suivre toute la procédure et le protocole dictés par le Dr HAbi par téléphone jusqu'à tard dans la nuit.

Le Dr Habi justement, qui depuis des années sauve des vies comme celle de Azzou, passera avec moi des heures au téléphone ce jour là.En Digne representant des hommes de la protection civile , font preuve d'heroisme au quotidien.Vendredi aura été pour eux un jour comme les autres, une vie de plus de sauvée.

Ce sont à mon sens des héros au sens le plus courageux, le plus brave et le plus humain du terme.Ils n'ont pas hésité à se comporter en hommes de bien, des hommes pour qui la vie humaine est plus précieuse que les autorisations, les decrets, les procédures judiciares.Conscients des risques pour leurs carrières et pour certains pour leur liberté, ils ont fait le choix d'être les dignes descendants de cette lignées d'hommes braves qui ont faconné l'Algérie libre et indépendante.Je suis confiant pour l'avenir "MAzel El khir" (il reste des hommes de bien) c'est ce genre d'hommes qui feront de la medecine hyperabre une spécialité banale dans les années avenirs, inchallah.

#video

0 vue

© 2023 by Jerry Shaw. Proudly created with Wix.com